Rapport de Pierre Dherte pour le CCAS: plateforme de concertation RTBF/FWB/acteurs culturels et offre culturelle de la RTBF !

Voici le rapport rédigé par Pierre Dherte pour le CCAS que nous avons publié dans notre dernier bulletin de mars de l’Union des Artistes (lire l’article intégrant le rapport ici). Ce rapport soulève principalement trois interrogations concernant directement la RTBF et les pouvoirs de tutelle concernés  :

1- Le respect du fonctionnement démocratique et de concertation de la plateforme RTBF/FWB/acteurs culturels tel qu’envisagé et rédigé dans  l’arrêté du Gouvernement de la Communauté française relatif à cette plateforme de concertation visée à l’article 51 du quatrième contrat de gestion de la RTBF 2013-2017 et tel qu’approuvé par le Gouvernement de la FWB en sa séance du 7 janvier 2015 . Nous relevons que tout en prétextant « faire une télévision pour les téléspectateurs et non pas pour le monde culturel » la direction de la RTBF ne conçoit pas l’intégration au sein de la plateforme de représentants de téléspectateurs et d’usagers culturels. Nous relevons surtout que contrairement à ce qui est véhiculé par une partie de la presse et ce qui était notamment attendu des représentants de la création artistique, la plateforme n’a pas concerté les acteurs culturels en « privilégiant  une approche inclusive » telle que mentionnée en l’art. 2 de l’arrêté du Gouvernement visant l’élaboration de nouveaux programmes, mais que ceux-ci étaient déjà conçus et balisés en détails et en amont par la RTBF, seule !

2-  Sans se livrer à des comptes d’apothicaires, le secteur des arts de la scène est devenu « le parent pauvre » de la télévision. « Sauf pour la musique et le théâtre wallon », les Arts de la scène ne bénéficient d’aucune « émission ni magazine spécifiquement et entièrement dédiés à sa catégorie propre ». « Alors que les travailleurs du secteur des Arts de la scène sont déjà confinés dans une boucle par laquelle ils sont à la fois progressivement écartés du chômage tout en étant confrontés à une diminution progressive de l’offre d’emploi dans leur secteur, il eut été utile, dans le cadre des politiques de relance, d’au moins favoriser une plus grande valorisation de leur travail par une vitrine médiatique plus appropriée, un magazine dédié à ce secteur et permettant ainsi de mieux faire connaître les créateurs et les œuvres artistiques de ce secteur. »

3- Concernant les arts vivants, le rapport déplore l’absence d’émission ou de magazine de durée décente (dépassant les 8 minutes !) et permettant des débats d’idées, des analyses critiques ou le décryptage de «thématiques plurielles » tels qu’autorisés par la RTBF pour la majorité des autres disciplines artistiques ou domaines culturels. Il déplore également l’absence d’émission ou de magazine culturel en prime time sur La Une. Enfin, il interroge sur le recours systématique au storytelling : la mise en avant du téléspectateur à travers cette nouvelle écriture télé se fera-t- elle au détriment de l’artiste et de l’œuvre ? Alors que l’on parle de « remettre l’artiste au centre« , il semble que la RTBF souhaite avant tout valoriser son téléspectateur au centre d’une quotidienne de 8 minutes codifiée en storytelling et censée remplacer l’émission « 50 Degrés Nord » !

Lire le contenu du rapport ici

Lire ici l’article de La Libre Belgique (Aurélie Moreau, 16/03/15) : « L’offre culturelle de la RTBF ne fait pas l’unanimité ! »

 

La Libre 16-03